Featured post

Pinned Post: Remembering Ilan Halimi

Friday, 29 July 2016

Now they decapitate Priests in France: who is next?






Yes, I know, this week's murder of a gentle old priest while he celebrated the mass in that little church in Normandy is being sanitised by the cowardly socialist politicians and Media now in power in France and  I also know that he was not "really fully decapitated" even according to other, more reliable sources, but they forced him to kneel as they  slit his throat, to the shouts of "allah-u-akbar", islamist style. So my post title describes, without any doubt, the clerar intention of the murdering jihadists. 


A brave online TV station, TV Libertés - one of the very few news sources I actually trust in France , swimming against the  malodorous effluent of France's main media as they do - covered this latest of the now near daily islamist attacks in their  News Bulletin of the 27. July. They included this commentary by the French author/journalist, Alexandre Mendel (author of La France Djihadiste) which is as plausible as it is frightening:






                  






LES TROIS CLOCHES - 

Edith Piaf , Les compagnons de la Chanso

Paroles et Musique: Gilles (Jean Villard) 1946


Village au fond de la vallée
Comme égaré, presque ignoré
Voici qu'en la nuit étoilée
Un nouveau-né nous est donné
Jean-François Nicot il se nomme
Il est joufflu, tendre et rosé
A l'église, beau petit homme
Demain tu seras baptisé

Une cloche sonne, sonne
Sa voix, d'écho en écho
Dit au monde qui s'étonne :
"C'est pour Jean-François Nicot
C'est pour accueillir une âme
Une fleur qui s'ouvre au jour
A peine, à peine une flamme
Encore faible qui réclame
Protection, tendresse, amour"

Village au fond de la vallée
Loin des chemins, loin des humains
Voici qu'après dix-neuf années
Cœur en émoi, le Jean-François
Prend pour femme la douce Elise
Blanche comme fleur de pommier
Devant Dieu, dans la vieille église
Ce jour, ils se sont mariés

Toutes les cloches sonnent, sonnent
Leurs voix, d'écho en écho
Merveilleusement couronnent
La noce à François Nicot
"Un seul cœur, une seule âme"
Dit le prêtre, "et pour toujours
Soyez une pure flamme
Qui s'élève et qui proclame
La grandeur de votre amour"

Village au fond de la vallée
Des jours, des nuits, le temps a fui
Voici qu'en la nuit étoilée
Un cœur s'endort, François est mort
Car toute chair est comme l'herbe
Elle est comme la fleur des champs
Epis, fruits mûrs, bouquets et gerbes
Hélas, tout va se desséchant

Une cloche sonne, sonne
Elle chante dans le vent
Obsédante et monotone
Elle redit aux vivants :
"Ne tremblez pas, cœurs fidèles
Dieu vous fera signe un jour
Vous trouverez sous son aile
Avec la vie éternelle
L'éternité de l'amour"




 



No comments:

Post a Comment